Notre site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement. Pour améliorer votre expérience, d’autres cookies peuvent être utilisés : vous pouvez choisir de les désactiver. Cela reste modifiable à tout moment via le lien Cookies en bas de page.


Do It Later

Do It Later

Sculpté dans l’insouciance et armé d’une sérieuse tendance à tout remettre au lendemain, Do It Later mélange les aspérités et les époques. Le punk californien, le math rock sophistiqué, les influences prog... Les cinq musiciens ont choisi de ne pas choisir. Il y a là l’envie de jouer fort, vite et bien,
mais aussi de malmener les formats trop entendus, de les complexifier sans tomber dans la démonstration. Avec
Future Me, Do It Later offre un premier EP effréné et frontal, coincé entre l’adolescence et l’expérience, entre le sérieux de leur démarche et la furieuse envie de lâcher les chevaux. Ça n’est pas incompatible, la preuve.

Do It Later, c’est également le croisement de plusieurs parcours musicaux déjà bien rodés : Jonathan Siche, Christophe Le Flohic et Bertrand James composent le groupe post-rock Totorro, quand Ghislain Fracapane fait office de tête pensante et fondatrice du collectif multiforme Mermonte. Tous représentent, à leur manière, un pan de la scène rock rennaise actuelle. Gaëtan Heuzé a quant à lui officié dans le punk-rock avec les franciliens de Burst One’s Side, et imagine les artworks du groupe.

Au fil des amitiés d’enfance, des affinités musicales et des side-projets communs, ils ont fini par se retrouver autour d’une irrésistible envie de volume sonore. Et forcément, les influences des Burning Heads, de Blink-182 ou encore de The Story So Far se sont croisées, ont muté pour donner vie à cet EP jouissif et faussement anachronique.

Vos coordonnées
Votre message


HAUT